26 SG - 28 SA

S’envoyer en l’air et prendre son pied

On ne s’emballe pas. Cet article ne parlera point de sexe.

Le mois dernier, lors de notre rendez-vous gynécologique du 5eme mois, j’avais demandé à Mr Souris de sortir du cabinet pour demander à la gynécologue si je pouvais m incruster dans le cadeau de Noël que je lui offrais : un séjour à Séville pour aller voir son frère, pas vu depuis plusieurs années. Celui-ci devait venir pour les fêtes de fin d année mais a finalement annulé. Celle-ci avait accepter, à condition que le voyage ne dépasse pas 3h maximum de vol et que je prenne uniquement mes pieds pour circuler en ville et si contraction, ne pas hésiter à m’asseoir n’importe où, même sur un trottoir.

Les billets achetés, j’ai offert une enveloppe où Mr Souris devait deviner un rébus « Voyage » avant d’ouvrir celle-ci. A l’intérieur, les billets d’avion, avec une petite lettre pour expliquer pourquoi le voyage, pourquoi Séville et surtout, que comme je suis une chérie trop cool, tout était all inclusive avec ma CB. No limit.

Comme deux gamins, nous avons comptés le nombre de dodo qui nous séparait de ce voyage. Notre dernier officiellement à deux, même si un petit clandestin était avec nous.

Il faut savoir que j’adore l’avion. Mr Souris également. Nous sommes donc allés à l’aéroport sans appréhension. Au passage de sécurité, les agents ont vérifié mes chaussures. J’ai pas compris pourquoi sur le coup mais quelques jours plus tard (…).  Installés dans l’avion, nous apprenons que celui-ci a du retard. Les contractions commencent à faire leur apparition. Ça faisait longtemps…Puis, d’un coup, sans trop savoir ce qui se passe dans ma tête, grosse crise de panique. C’était la première fois que j’avais une réaction comme celle-ci dans un avion : Mains moites, impossible de respirer. je me sentais compressée. Mr Souris a essayé de m’aider à me détendre en me parlant  –  mais j’avais juste envie de lui dire de se la fermer – et en essayant de me caresser la main – mais ça me stressait plus alors il a pas insisté. C’est passé tout seul une fois l’avion en marche mais j’ai dû avoir deux/ trois connexions dans mon cerveau qui n’ont pas du se faire.

Arrivés à Séville, retrouvaille avec le beau-frère que nous n’avions pas vu depuis quasiment 3 ans. On enchaîne la tournée des bars à tapas. Le bonheur pour mes papilles.

Le lendemain, on enchaîne sur une journée complète hors de l’appartement. Visite de la ville du Nord au Sud, d’Ouest en Est. A pied, pour suivre les consignes de la gynécologue. La matinée se passe bien. A 15h30, heure locale pour déjeuner, je commence à ne pas me sentir bien. La pause repas tombe pile au bon moment. Une douleur lancinante s’invite sur le côté de mon ventre. Deux spasfons plus tard, ça ne passe toujours pas. Je me pose sur un trottoir, adossée à une porte le temps que les deux mecs prennent leur apéro alcoolisés. Deux minutes plus tard, me voilà endormie, en plein soleil – au moins j’aurai fait une cure de vitamine D au passage. La douleur m’aura suivi toute la soirée. La nuit, impossible de fermer l’œil. Autant dire que les jours suivants, je n’ai à la bouche que les mots  suivants : « doucement » « vous marchez trop vite » et « j’ai troooop mal ».

20190112_122332

20190112_112720

De retour à l’aéroport de Seville, on refait la même chose niveau check up des valises. Sauf qu’incroyable mais vrai, à peine mon manteau enlevé, je me fais intercepter par la douane qui m’oblige à enlever mes chaussures tout de suite pour une vérification – Ils ont un souci les mecs avec les timberland ou quoi ?! Ressemblant de plus en plus à un cachalot et ayant du mal à mettre une pauvre paire de chaussette, je demande gentiment une chaise. Le mec refuse. Soit. Je râle, et trouve le moyen de m’asseoir sur un espèce de comptoir, qui a littéralement explosé et est tombé au sol. Le mec m’a hurlé dessus. Ne comprenant absolument rien à ce qu’il me racontait, je lui ai montré mon plus beau sourire de femme enceinte satisfaite d’avoir fait chier un emmerdeur. Ça a du le contrarier puisqu’il a demandé à sa collègue de me tâter. O joie. Puis, elle a pris le Bola de grossesse en argent que je me trimbale au cou pour vérifier que je n’avais pas planqué de la drogue dedans. Sérieux ? J’ai une tête de dealeuse ou quoi ? J’ai, une fois de plus râlé, mais elle m’apprendra que les femmes enceintes sont beaucoup plus contrôlées que les passagers « ordinaires » car les trafiquants en général passent par elles pour faire du trafic. Vous m’en voyez ravie. Ils m’ont ensuite passé une espèce de roulette sur la peau, qui est censée détecter des substances illégales. J’avais absolument rien à me reprocher donc j’étais décontractée. J’ai un peu déchanté quand il est revenu avec la feuille « substance explosive détectée ». J’ai même cherché la caméra cachée. Parce que le seul truc qui pouvait exploser là, selon moi, c’était mon bide. Il a refait le test, RAS. J’ai pu remettre mes chaussures, remettre mon manteau, et me barrer au plus vite. Mr Souris en revenait pas. C’était bien la première fois qu’on rencontrait une merde dans un aéroport.  Note à moi-même : ne plus prendre l’avion enceinte avec un gros bide de peur de passer pour une trafiquante ^^

Dans l’avion, sous un coton de nuage et un ciel espagnol magnifiquement bleu, je me suis rendue compte que ce séjour, était véritablement le dernier à deux. La prochaine fois, un petit garçon ou une petite fille sera parmi nous. Nous allons être trois. Et je me suis rendue compte à quel point la PMA nous avait privé de ces petites choses de la vie : profiter. On a tellement lâcher d’argent dans les RDV avec Dr Hope, les examens divers, rien programmer de peur de louper un cycle qu’on en a oublié comment c’était cool de juste décompresser. Penser à nous. A notre couple.

20190111_170023

On a du rentrer pour le rendez-vous gynécologique du 6ème mois. Mais, en pleine forme – le soleil aide pas mal – avec des kilos en trop – la faute aux tapas – et surtout…totalement décompressés.

 

Publicités
RALC(S)

RALC #4

Assis devant la TV, l’homme regarde les informations. Nous sommes samedi, et comme depuis 8 semaines, le mouvement des gilets jaunes continue. Habitant non loin des Champs Elysées, il regarde s’il n’y a pas de débordement, avant de reprendre la route.  D’un coup, celui-ci se tourne vers moi et me dit : « moi, je comprends pas pourquoi tu as continué la PMA après autant d’années et d’échecs. Si tu veux mon avis, à ta place, j’aurai abandonné. Je sais pas moi, il y a l’adoption…au pire, une vie sans enfant, c’est pas plus mal…t’as vu comment le monde va mal…Ton bébé va être malheureux. Tu n’aurais vraiment pas du continuer. Bon tu me diras, maintenant, il est trop tard…mais tu as fais une belle connerie (…) ».

Long silence.

Je suis restée les bras ballants, avant de devenir toute rouge de colère et de lui crier que son avis, je m’en foutais royalement. Et que la « connerie » en question, c’était de sa bouche qu’elle sortait. Pas de mon utèrus.

 

[J’ai clôturé les commentaires. Pour éviter tout débordement.

L homme en question n est évidemment pas Mr Souris – qui aurait été zigouillé dans la foulée- mais mon père, qui manque juste cruellement de délicatesse. Pas spécialement envie de lire des insultes le concernant.]

 

 

 

 

24 SG - 26 SA

L’Étincelle : Fille ou garçon ?

Voilà 25 astuces de grand-mère pour savoir si on attend une fille ou un garçon. Et parce que j’ai absolument plus un agenda de Ministre depuis que je suis arrêtée, je me suis prêtée au jeu.

1. Connaître le sexe du bébé en fonction… du caractère de maman 
Si la maman a un caractère mélancolique et se sent lourde du côté gauche, c’est un garçon. Mais si elle a un caractère gai et se sent lourde du côté droit, c’est une fille.

2 . Connaître le sexe du bébé en fonction… du premier mot de l’enfant précédent 
Si le premier mot de votre enfant précédent est « Maman », le bébé suivant sera une fille. En revanche, si c’est « Papa », le bébé suivant sera un garçon.

3. Connaître le sexe du bébé en fonction… de sa libido
Si elle diminue pendant la grossesse, c’est un garçon. Au contraire, si elle augmente, c’est une fille.

4. Connaître le sexe du bébé en fonction… de l’examen » de l’enfant né juste avant
A la naissance de l’enfant né juste avant, s’il y a un changement de lune trois jours avant ou trois jours après, le prochain enfant n’aura pas le même sexe.

5. Connaître le sexe du bébé en fonction… des nausées 
Si vous passez le premier trimestre à avoir des nausées, c’est une fille. Dans le cas contraire, c’est un garçon.

6. Connaître le sexe du bébé en fonction… d’un pendule
A faire sur le ventre ou sur la main, avant ou pendant la grossesse. Si ça tourne, c’est une fille ; si ça balance, c’est un garçon. 

7. Connaître le sexe du bébé en fonction… d’un mouchoir 
Vous lancez un mouchoir. Si pour le ramasser vous avancez le pied droit en premier, c’est un garçon ; si c’est le gauche, c’est une fille.

8. Connaître le sexe du bébé en fonction… de la méthode des pouces 
Vous mettez les mains sur les hanches, comme quand vous êtes énervées. Vous regardez comment sont vos pouces. Si vous les avez vers le ventre, c’est un garçon ! Vers le dos, c’est une fille !

9. Connaître le sexe du bébé en fonction… de la couleur des mamelons 
Si les mamelons ont foncé considérablement, c’est un garçon. S’ils ne changent pas de couleur, c’est une fille.

10. Connaître le sexe du bébé en fonction… des poils sur les jambes 
Si les poils de vos jambes poussent rapidement durant votre grossesse, c’est un garçon. Si les poils poussent plus lentement, c’est une fille. Cela ne vous empêche pas de passer par la case l’épilation pendant la grossesse !

11. Connaître le sexe du bébé en fonction de la sécheresse de sa peau 
La peau de vos mains est sèche : c’est un garçon. La peau de votre figure est sèche : c’est une fille.

12. Connaître le sexe du bébé en fonction… de la couleur de l’urine 
Jaune pâle : un garçon ! Jaune foncé : une fille !

13. Connaître le sexe du bébé en fonction en additionnant votre âge lors de la conception et le chiffre du mois de la conception 
Résultat pair : c’est un garçon ; résultat impair : c’est une fille.

14. Connaître le sexe du bébé en fonction… des produits laitiers 
Garçon : vous consommez plus de produits laitiers. Fille : pas de changement ! Les envies Envie de salé, c’est un garçon ; envie de sucré, c’est une fille.

15. Connaître le sexe du bébé en fonction…des cheveux de l’enfant précédent 
Si dans la nuque, les cheveux de l’enfant précédent finissent en pointe (V) le petit nouveau sera du sexe opposé ; sinon, du même sexe. Une variante : si ses cheveux sont implantés sur la droite, c’est une fille ; sur la gauche, c’est un garçon.

16. Connaître le sexe du bébé en fonction… de la forme du ventre 
Le ventre pointu et haut, c’est un garçon ; arrondi et bas, c’est une fille. Une variante : si le ventre pointe en avant, et que vous portez le poids en avant, c’est un garçon. Si vous portez votre poids sur vos hanches et derrière, c’est une fille. Mais attention : dans certaines régions c’est strictement l’inverse !

17. Connaître le sexe du bébé en fonction… de la ligne brune 
Si la ligne de grossesse dépasse le nombril, c’est une fille. Dans le cas contraire, c’est un garçon.

18.  Connaître le sexe du bébé en fonction… du sel 
Mettez du sel sur votre poitrine. S’il fond, ce sera une fille ; sinon ce sera un garçon.

19. Connaître le sexe du bébé en fonction… de la prise de poids du conjoint 
Votre conjoint prend autant de poids que vous durant la grossesse ? Vous attendez un garçon. Dans tous les cas, attention à la couvade des papas !

20. Connaître le sexe du bébé en fonction… de la lune 
Si le bébé a été conçu entre une pleine lune et une lune blanche, c’est une fille ; entre une blanche et une pleine lune, c’est un garçon.

21. Connaître le sexe du bébé en fonction… de la façon de se baisser 
Ramassez un objet au sol sans faire attention à la façon dont vous vous baissez. Si vous vous baissez les jambes écartées, c’est une fille ; si vous vous baissez les jambes droites, c’est un garçon.

22.Connaître le sexe du bébé en fonction…du blanc des yeux 
Si le blanc de vos yeux est légèrement jaune, c’est une fille ; s’il est bien blanc, c’est un garçon.

23. Connaître le sexe du bébé en fonction… de l’acné 
De l’acné apparaît sur le dos et dans le cou, et ce jusqu’au 7ème mois : c’est un garçon. Pas de changement, c’est une fille.

24. Connaître le sexe du bébé en fonction.. du régime avant la grossesse
Votre régime alimentaire était plutôt composé de laitages et de sucré : c’est une fille ; de salé : c’est un garçon.

25. Connaître le sexe du bébé en fonction.. Battements de cœur 
Plus de 150 pulsations par minute, c’est une fille. Sinon, c’est un garçon.

6/25 : Je peux pas répondre. Soit il y a pas de réponse, soit c’est les deux sexes.

8/25 : L’Étincelle serait un garçon

11/25 : L’Étincelle serait une fille

En attendant, on veut toujours pas savoir et on s’éclate à préparer tout en mixte.

Dans tous les cas, fille ou garçon, notre amour sera sans limite j’en suis sûre.

RALC(S)

RALC #3

Ces derniers temps, l’Étincelle s’en donne à cœur joie pour me défoncer l’intérieur de mon bide – mais toujours à mon plus grand bonheur. Du coup, à chaque gros coups, la surprise se lit sur mon visage et les gens en face de moi se demande qu’est-ce qu’il se passe. 

Le 24 décembre au soir, nous avons, Mr Souris et moi-même fait le réveillon au sein de ma famille. Comprendre : Mon père, ma mère et ma sœur.

Le sujet de la conversation a été mon ventre. J’ai de la chance car jusqu’à maintenant, personne n’a mis la main sur mon ventre sans me demander l’autorisation. Et ma mère, qui est (beaucoup trop) franche a remis plein de gens à leur place lorsqu’elle était enceinte de ma sœur. Du coup, elle est la première à ne pas le faire. Mon père quant à lui a ressasser toute la soirée que j’étais une jolie petite femme enceinte mais qu’il ne toucherait pas mon ventre parce que c’était réservé qu’à mon Chéri et qu’il comprenait pas pourquoi les gens avaient cette manie de toucher le bide des femmes en cloque sans demander– si d’ailleurs une personne a la réponse… – et ma petite sœur n’osait même pas m’approcher mais était très curieuse de voir mon ventre bouger à travers ma robe. Alors je l’ai autorisé à sentir l’Étincelle bougé dans mon ventre – elle est quand même restée 20 bonnes minutes à attendre parce que dès que c’est les mains d’une autre personne, l’Etincelle bouge plus – et j’ai vu le bonheur de sentir le bébé dans ses yeux et ça, c’était juste magique.

Puis, ma mère, d’un coup, me sort : « si ton bébé bouge beaucoup, c’est parce que tu le nourris pas assez et qu’il a faim« .

Alors je veux bien qu’on me dise que j’ai de la chance d’avoir pris « juste » 3 kilos depuis 6 mois et d’être toujours mince – et prête à être bonne sur la plage en 2019 après la ponte – mais bon, bordel…WTF ?! Je bouffe comme une vache, c’est pas de ma faute si je grossis pas, même en étant en cloque. 

Bien sur, si ça c’était arrêté là…mais sa sœur – ma tante donc – sur un fameux réseau social après une discussion avec ma mère m’a sorti exactement la même chose.

Alors si je comprends bien, mon bébé bouge trop parce que je le nourris pas assez ?! Mais s’il bouge plus au bout de 24h max, je suis censée aller aux urgences parce que c’est pas normal. Mais ça voudrait dire qu’au moins, il est gavé…alors je fais quoi moi ?! Gros dilemme là… Entre ne plus recevoir trop de coups et avoir un bébé bien dodu..le choix est rude…

 

 

23 SG - 25 SA

Un Noël au goût bien différent

J’ai pris conscience que j’avais, à ce Noël les plus beaux des cadeaux :  Lui – avec qui j’ai pu fêter 4 jours avant ce transfert gagnant de cette FIV 3 nos 16 ans d’amour et qui, chaque jours me rappelle qu’il est présent pour moi –  et ce ventre. Ce ventre qui, après 5 Noël à pleurer des échecs de la PMA couvre enfin un petit être et s’arrondit de plus en plus.

Le 24 décembre au soir, je n’ai pas pu manger tout ce que je voulais et je m’en foutais royalement. Bien au contraire, quel plaisir de faire l’impasse sur certains aliments alors que les autres se régalent en pensant que tu meurs d’envie toi aussi de bouffer des crevettes et autres crustacés. Eh ben noooon les gars! Je suis restée avec mon bon foie gras cuit en bocal  et stérilisé et ça m’a largement suffit…

Le régal de ma soirée a été de sentir L’Étincelle, qui a passé une partie du temps à me donner des coups, à mon plus grand bonheur.

Le 25 décembre, nous avons pris le train pour aller dans la famille de Mr Souris. Pour la première fois depuis des années, je n’ai pas eu peur d’aller à une réunion familiale, entourée d’enfants, de parents et de discussion en tout genre…

A ce Noël, pleins de RALCS ont été prononcées. J’en parlerai dans un autre article, ça vaut le détour. Mais, en fait, ça s’arrête jamais, alors on prend même plus la peine ni le temps de répondre. On ignore, tout simplement. Et on en rigole, plus tard, tous les deux…

A ce Noël – qui avait une saveur bien différente des précédents –  on a pu réalisé la chance que nous avions… On oubliera jamais le goût amer des autres Noël…

Je pense à vous toutes sur ce quai, en attente ou bien sorties du parcours les bras vides.

 

❤

Souris en pma
25 sa + 3

“Le plus grand plaisir dans la vie est de réaliser ce que les autres vous pensent incapables de réaliser. ”

 

21 SG - 23 SA

L’échographie du 5ème mois

Jeudi 13 décembre a eu lieu le rendez-vous du 5e mois. Celui que j’avais complètement oublié de faire, pensant naïvement que l’échographie du deuxième trimestre suffisait amplement. C’est donc accompagné de Mr Souris que je me suis rendue à ce rendez-vous.

Bizarrement, comme chaque fois qu’on voit la gynécologue et qu’on sait qu’une échographie sera réalisée, nous sommes entre joie et peur. Joie de revoir l’Étincelle mais peur de faire face à un problème quelconque.

La gynécologue vient nous chercher. Directement elle me demande si ça va. Je lui parle alors des dernières nouvelles. Elle me regarde avec des yeux bien ronds et hallucine complètement. Ayant des contractions permanentes sans répits toute la journée depuis une semaine – quand ce bordel à commencé – qu’elle vérifie si celles-ci ont eu une incidence sur mon col. Par chance non.  Par contre, « fini les conneries maintenant » – qu’elle dit après avoir constaté par elle-même que mon ventre est très (trop) contractile. J’ai l’obligation de fuir le stress de toute urgence, de me déconnecter des mauvaises ondes et de me reposer. Soit. Elle vérifie en même temps si l’Étincelle – bien que l’échographie du T2 a eu lieu une semaine plus tôt – se porte bien. Elle commence à nous détailler tous les membres puis nous demande si on veut toujours pas connaitre le sexe. Toujours pas. Alors elle s’éloigne et continue de nous montrer l’Étincelle, s’en donnant à cœur joie de faire des galipettes et de donner des coups. 

Elle me confirme – comme sa collègue et le Grand Hôpital – que je n’ai point besoin de faire le test du diabète gestationnel. Ô joie! L’étincelle n’est pas très grosse  et moi je n’ai pris qu’1 kilo 500 (je vais être bonne en maillot de bain à la plage l’été prochain! ) Je ressors du rendez-vous avec des ovules et une crème pour ma foufoune. Je me suis tapée (encore) une mycose. Quand je dis que moi, je me tape toutes les merdes qu’une nana enceinte peut avoir, vous me croyez ?. Le retour des ovules..ça m’avait pas manqué cette merde.

Les fêtes de fin d’années approchant à grand pas, j’ai eu le temps ces derniers jours de clotûrer mes cadeaux de Noël. Faut dire que cette année, mon imagination est débordante et j’ai décidé d’offrir des cadeaux complètement atypique. Pour Mr Souris, il fallait l’accord de la gynécologue, alors à la fin du rendez-vous, je l’ai fait sortir du bureau. Elle a validé –  je fais aussi partie du cadeau et forcément vu les contractions & CO j’ai du demander son avis.-, j’ai donc ainsi pu acheter son cadeau.

Bizarrement, cette année, Noël aura un goût (presque) différent des 5 années précédentes. Même si cette année encore je ne veux pas de sapin dans le salon – puis de toute façon, on ne fête pas Noël à la maison – , j’ai quand même craqué pour décorer un peu l’intérieur. Des guirlandes par ci…des guirlandes par là…Des boules accrochées aux poignets de porte – qui font que de tomber, je sens que ce n’était pas une bonne idée –  ce qui a étonné Mr Souris. Il n’y aura pas de bébé au pied du sapin cette année, mais il sera dans mon ventre. Mon ventre, qui s’arrondit de plus en plus et qui me fait réaliser à quel point nous avons de la chance de terminer cette année 2018 de cette façon. De la plus merveilleuse des façons. 

20 SG - 22 SA

L’échographie du deuxième trimestre

« Mesdames messieurs, ici votre commandant-gynécologue de bord, nous vous annonçons que la moitié du voyage a été effectuée. Nous allons donc refaire une petite vérification des  différents bilans déjà faits. »

Depuis quelques semaines, cette échographie m’effraie. Me dire qu’un risque de malformation peut survenir et prendre la décision d’arrêter ou de continuer la grossesse me rend folle. Déjà deux jours que je ne dors pas. Mon cerveau n’arrête pas de cauchemarder, et seul l’Étincelle, en me donnait des coups me rassure, pour un temps. Un temps, puisque mon cerveau a décidé de reprendre le contrôle à chaque fois. « Bah oui, c’est pas parce que ton bébé bouge ma p’tite Souris qu’il a pas un souci de malformation ».

L’échographie du 2ème trimestre a eu lieu aujourd’hui, à dix-huit heures. Le cabinet de la gynécologue se trouvant à une intersection dans une rue des Champs-Elysées et au vu des dégâts par les émeutes de ce weekend, nous sommes partis un peu plus tôt, au cas où.

Elle a seulement quinze minutes de retard. La consœur de ma gynécologue – qui réalise les échographies trimestrielles – vient nous chercher et me demande directement d’enlever mes bottes pour m’installer sur la table d’examen. Privilège : Je garde mon collant, ma culotte et ma robe. Elle vérifie notre dossier et remarque qu’il est noté qu’on ne souhaite pas savoir le sexe. Elle nous demande si aujourd’hui, c’est toujours d’actualité. On confirme.

Le liquide sur le ventre est froid. A l’écran, l’Étincelle apparaît. Beaucoup plus grande et plus grosse que la dernière fois. Mais toujours aussi magnifique. Tout y passe. Chaque organe est examiné avec minutie pour rechercher d’éventuelles malformations fœtales. Parfois, la gynécologue prend un peu plus de temps, parce qu’Étincelle bouge beaucoup et ne veut pas coopérer. Elle est en tout cas bien positionner, la tête en bas.

Étincelle est dans les normes partout. La gynécologue estime que ça sera un petit bébé pas très gros. Elle a vu ma tête avec dans les yeux une forme d’inquiétude mais elle m’a rassuré en me disant que l’enfant prend en général des caractéristiques des parents et moi je suis clairement pas grande avec mon 1m60 et pas grosse avec mes 45 kilos de base. Et Mr Souris aussi. Elle m’a même dit que si Étincelle dépassait les 3 kilos, ça risquait de pas passer. LOL.

Sur une dès photo que la gynécologue a pu capturer, l’Étincelle lève son pouce. Comme pour nous dire de pas nous inquiéter, tout va bien (et tout ira bien).

J’ai pas pu poser mes nombreuses questions – quand même à 190 € j’espérai avoir plus qu’une écho – que j’avais annoté à l’arrache 10 minutes avant de partir sur une enveloppe. La gynécologue m’a invité à les poser directement à sa consœur – ma gynécologue officielle –  lors du rendez-vous de contrôle du 5ème mois. Rendez-vous que j’avais même pas pensé à prendre mais qui nous permettra de revoir la merveille semaine prochaine.

20 SG - 22 SA

Le shopping et la mama africaine

Ma petite Lucienne m’a offert il y a quelques mois un bon qu’elle n’a jamais utilisé à valoir au magasin du DPAM jusqu’au 05 décembre 2018. [ elle parlera de ce fameux bon dans un article ] avec une petite condition – Pas facile à devoir respecter quand on ose absolument rien acheter pour le bébé…

20181204_115649

La date approchant à grand pas, j’ai donc bougé mon cul du canapé samedi et j’ai affronté …. les transports en commun et la foule d’un grand centre commercial parisien bondé. A l’aller, sachant que le bus est à une rue de la maison, tout allait bien. A l’intérieur du bus vide, j’ai réussi à me poser. Mais, encore une fois, mon corps aime absolument pas les secousses de la route. Grosses crises de ventre. C’est arrivé au CC que j’ai vérifié si je ne saignais pas –on se refait pas hein. Pas de sang, on a donc filé au magasin pour faire notre fameux shopping.

IMG_2018-12-04_12-33-15
L’Etincelle va être magnifique la dedans …

Mais du coup, au lieu d’aller uniquement dans ce magasin, et n’ayant pas vu le monde extérieur depuis…trop longtemps, on s’est promené dans le grand centre.

Au bout de 4 heures – alors que j’ai l’autorisation de 30 mins de marche (gloups) – on décide de rentrer. Le bus du retour est blindé. Aucunes places assisses. Je ne suis pas encore une grosse baleine, mais avec mon ventre, je ne passe plus inaperçu. D’ailleurs, les personnes assisses dans les fameuses places prioritaires l’ont vu mais elles ont du juger que j’avais absolument pas besoin de poser mes fesses. C’est que vraiment, les secousses, mon corps, il aime pas – mais ça, les gens peuvent pas le savoir. J’ai alors dis à Mr Souris qu’au prochain arrêt, j’allais dégager une personne d’un fauteuil. Puis, tout à coup, une Mama Africaine, assisse non loin a regardé mon ventre, à tippé – vous savez le fameux bruit que les africains font avec la bouche quand ils sont pas contents – m’a prise par la main et m’a fait asseoir à sa place. Puis, elle s’est retournée vers les autres en criant tout  fort que c’était pas possible de pas laisser une femme enceinte se poser, quel que soit la taille de son ventre. Et que là, fallait être aveugle pour pas voir que j’étais pas en surpoids.  Les gens n’ont pipé mot. J’ai remercié la dame, puis elle m’a dit « moi, je suis gentille, tu donneras mon nom à ton bébé ». Je lui ai alors répondu que je ne savais pas le sexe et elle m’a alors répondu « t’inquiète, un prénom ça s’adapte ». Je me suis tapée un fou rire. J’ai adoré sa répartie mais elle a été saoulée du comportement des gens jusqu’à ce que nous descendions à notre station. Alors cœur sur elle car elle m’a sauvé d’une énième crise de ventre. 

 

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer